27 déc. 2015

Reflex



Titre: Reflex

Auteur: Maud Mayeras

Genre: Roman

Registre: Thriller

Nombre de pages: 367

Date de parution: 2013

Prix: 
- Prix neuf: 21,00 euros
- Prix d'occasion: 7,70 euros
- Prix Kindle: 7,99 euros

Édition: Anne Carrière 

Thème: Maternité, infanticide, tueur en série, enlèvement...

Résumé: Iris Baudry est photographe de l'identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes. Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, sauvagement assassiné onze ans auparavant. Mais une nouvelle affaire va la ramener au cœur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu, là où son croque-mitaine de mère garde quelques hideux secrets enfouis dans sa démence, là ou sévit un tueur en série dont la façon d'écorcher ses victimes en rappelle une autre. La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu'Iris croyait éteint va s'enflammer à nouveau dans l'objectif de son reflex.




Pour commencer, j'ai emprunté ce livre de manière totalement osé à la médiathèque sans connaître quoi-que-ce-soit sur l'auteur ou encore sur ce roman, et je dois dire que le hasard fait bien les choses car malgré quelques points assez négatifs, j'ai passé une agréable lecture en compagnie d'un thriller noir particulièrement captivant.

Tout d'abord parlons de l'histoire. Nous suivons Iris, une jeune femme photographe de l'identité judiciaire, qui a eu le malheur de connaître l'enlèvement et le meurtre sauvage de son fils de six ans, il y a maintenant onze ans. Mais la découverte du corps d'un petit garçon et l'enlèvement d'un autre de la même manière que son fils va replonger Iris dans un enfer remplit de nostalgie et de démons. Maud Mayeras plonge très facilement le lecteur dans une une histoire entre réalité concrète et réalité abstraite. Une réalité où la raison n'existe pas. Nous sommes continuellement hantés par des démons voraces et nous somme constamment plongés dans la folie des personnages. L'auteur nous sème le doute et constamment, notre point de vue, nos opinions concernant les personnages changent. Nous n'avons, durant cette lecture , pas accès à cette lueur de vérité jusqu’au dénouement final bien entendu. Le lecteur est perpétuellement accompagné  d'une ambiance lourde, oppressante aux connotations malsaines et nostalgique. Maud Mayeras nous plonge dans un monde ou règne une violence silencieuse. Cependant ne vous attendez pas à avoir une véritable enquête comme dans un bon polar noir... Nous allons surtout suivre cette jeune mère célibataire qui va tenter de découvrir une vérité tout en essayant de survivre à ses démons. 

Parallèlement, le lecteur suit une histoire chronologique débutant en 1919 se prénommant Silence. Elle commence par le viol d'une petite fille par des soldats et se termine par la vie du monstre qui hante les pages de ce roman. Ce qui est particulier avec cette petite histoire, c'est que nous découvrons des personnages pervertis par une histoire pour les moins inusitées. Nous découvrons les origines du mal et nous découvrons les démons sombres de ces personnages. Ce qui reste intéressant est le fait que cette histoire est directement en lien avec l'histoire d'Iris et nous permet alors de connaître les origines de cet enfer.
Avec une plume fraîche, fluide et efficace, l'auteur tente de nous représenter un enfer silencieux hanté par une histoire dépravée, une folie presque omniprésente plongeant dans le lecteur dans une forme implicite de paranoïa, d'obsession presque dérangeante. J'ai ensuite beaucoup aimé ce cadre géographique indéterminé qui plonge le lecteur dans un monde inconnu. Un monde où règne la canicule.  Enfin, j'ai beaucoup aimé le détournement final, là où le voile du toute se lève sur la vérité. Une fin riche en émotion qui nous fait prendre conscience que les personnages qu'on croyait bons ne sont que des masques.


" Aucune scène de crime ne me "plaît". Ni le sang ni la violence. Rien de tout cela ne me fait sauter de joie en me levant le matin. J'essaie simplement de comprendre ce qui peut pousser un esprit à se tordre à tel point qu'il devient capable de ces choses-là. Je tente juste de mettre le doigt sur les raisons qui rendent capable de franchir la limite fragile entre le bien et le mal, les raisons qui permettent de condamner de pareilles horreurs. Cerner ceux qui violent des octogénaires, qui s'attaquent à des gamines tout juste en âge de gazouiller ou qui prennent leur pied en pénétrant un cadavre. Ou ceux qui regardent simplement leur victime agoniser, sans rien faire, juste enivrés par un semblant de pouvoir. "


Ensuite, parlons des personnages. Nous découvrons des personnages réalistes, humains possédants chacun des secrets particulièrement sombres, ayant tous un rapport avec le passé sombre d'Iris. Vu que l'auteur sème en nous le doute, il est très difficile pour nous de s'attacher à un quelconque personnage. Mais bien entendu, parmi tous ces démons, quelques personnages ressortent du lot. Pour commencer, j'ai adoré le personnage de Lucie. Jeune fille née dans un couvant, d'une mère encore mineure considérée comme bâtarde par sa famille, celle-ci à la particularité d'avoir un problème au niveau de l'une des ses jambes lui attribuant une démarche relativement étrange. J'ai beaucoup aimé ce personnage car en plus d'être belle, douce et intelligente, elle est aussi d'une incroyable bonté et est donc abusée de l'autorité des sœurs. Élément majeur du mal, je n'ai pu éprouver pour ce personnage que de la pitié, de la compassion.
J'ai enfin adoré le personnage d'Iris. Ou du moins avant le dénouement final. C'est un personnage assez timide, particulièrement intelligente et émotive qui est la proie d'un deuil inguérissable. Le lecteur ne peut-être prit que de compassion face à l'histoire de cette protagoniste particulièrement morose, avec le décès brutal de son père suite à un cancer et le peu d'amour qu'elle reçoit de sa mère.  Des personnages qui restent intéressantes même si le lecteur est prit du doute.

Pour conclure, il s'agit d'un roman intéressant avec son côté psychologique intense. Nous sommes plongés dans les doutes, les démons, le passé de personnages à la fois réalistes et étranges. Avec une plume simplement magnifique, vous ne pouvez que passer un bon moment. 



Ma note: 16/20

12 commentaires:

  1. Une histoire très intéressante !

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman m'intéresse vraiment beaucoup ! Je pense qu'il pourrait me plaire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi ! ^^ Mais il ne faut pas s'attendre à suivre une véritable enquête. Il résulte surtout de souvenirs des personnages ! ^^

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Il faut que tu le lises Marie !!! ^^
      C'est un thriller serte, mais beaucoup plus centré sur la psychologie des personnages ! ^^

      Supprimer
  4. Un thriller qui a l'air intéressant !
    Cependant, je sors à peine d'un autre thriller qui m'as foutu une vraie claque ("Purgatoire des innocents" de Karine Giebel, à ne surtout pas lire avant Noel), alors je crois que je vais attendre. x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho moi aussi j'ai reçu une sacré claque mais en regardant la fin de Marcelino et de Un chien des Flandres.... XD
      Bref ! Il est vrai qu'il ne faut pas enchaîner trop de thriller car c'est pas joyeux pour Noël. En tout cas, je te le recommande vivement.

      Supprimer
  5. Je pense que ce roman pourrait me plaire, merci pour ta chronqiue :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il peut convenir à tes goûts ! ^^
      Merci et passes d'incroyables fêtes ! ^^

      Supprimer
  6. Je pense que je pourrais aimer ! J'adore les thrillers en plus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hellllloooo !!!! ^^
      C'est un thriller psychologique qui est juste incroyable ! ^^
      Je te le recommande ! ^^ vraiment

      Supprimer